Pisciculture médicale

Aquarium, etc. [2/2]

Drames et pathologies en eaux troubles
samedi 7 juin 2008

Des mêmes auteurs

 
Quatre cents litres d’eau chauffĂ©s Ă  21°, quelques plantes minables qui tiennent Ă  peine dans le gravier, quelques bouts de bois sombres : c’est le dĂ©cor oĂą Ă©voluent mes associĂ©s en ophtalmologie. Cet aquarium occupe un espace important Ă  mes cĂ´tĂ©s derrière mon bureau.

Parlons rapidement de la structure pour dĂ©noncer : le prestigieux fabriquant de cet aquarium ne saurait s’abaisser Ă  fournir des pièces de rechange correctes ! Pas de pompe intĂ©rieure pour remplacer celle qui venait de rendre l’âme, le starter Ă  changer en mĂŞme temps que les rampes de nĂ©ons est inaccessible sauf Ă  tout casser. Je n’ai pu m’empĂŞcher de penser au service après-vente de certains matĂ©riels d’ophtalmologie…

Il est bon de prĂ©senter Ă  nouveau les hĂ©ros aquatiques qui surveillent mes faits et gestes. Commençons par le plus modeste : Victor le nettoyeur, tellement discret, couleur de boue, très laid (les poissons nettoyeurs ne sont pas des top model), il se montre rarement. Le voilĂ  seul de son espèce depuis que sa copine Nikita qui explorait la nouvelle pompe aspirante est restĂ©e coincĂ©e dedans. Moment un peu gore que l’extraction de la dĂ©pouille…

Très jolie et facĂ©tieuse, miss labĂ©o porte en rĂ©alitĂ© le nom d’une femme politique (personne n’est capable de trouver le sexe d’un labĂ©o, je l’ai dĂ©cidĂ©e femelle) elle est noire Ă  queue rouge ; dans un aquarium normal, un labĂ©o passe son temps Ă  stresser les autres poissons en les suivant partout.
Quelqu’un m’a proposĂ© de m’offrir un autre labĂ©o qui se morfond tout seul dans deux cents litres d’eau mais j’ai du refuser ; tous les bouquins d’aquariophilie recommandent de n’avoir qu’un seul labĂ©o car sinon c’est la bagarre permanente. A se demander comment ils font pour se reproduire…

Enfin le personnage principal, maitre incontestĂ© des lieux : Saruman, le traitre blanc, Astronautus ocellatus de son Ă©tat, ou Oscar, plus simplement. L’intelligence de ce poisson saute habituellement aux yeux ce qui justifie qu’on lui donne un prĂ©nom, mais Saruman fait cruellement exception Ă  la règle. Il a mis peu de temps Ă  dĂ©cimer nĂ©ons, guppys, dans un remake soft des dents de la mer, puis son comportement a changĂ© : son regard a changĂ©, son Ĺ“il n’est plus aussi vif, il me semble aveugle. RĂ©cemment il avait pris l’habitude de se traĂ®ner lamentablement sur le gravier, rester de longs moments immobile, quasi ventre Ă  l’air, inanimĂ©. AppelĂ© en urgence Ă  son chevet, mon conjoint a laissĂ© tomber ce diagnostic terrible : maladie des trous dans la tĂŞte ou ichtyose : « regarde autour des ouĂŻes ces taches de la taille d’une tĂŞte d’épingle, c’est le signe », c’est comme un Alzheimer chez les oscars. Zut alors ! Je commençais Ă  m’y attacher Ă  cette bestiole antipathique. Plongeons dans un vieux grimoire d’aquariophilie qui, au chapitre ichtyose, recommande le mĂ©tronidazole sans prĂ©ciser le dosage. La spĂ©cialitĂ© pharmaceutique humaine a fait l’affaire.

Petit problème de mathĂ©matiques : Ă©valuer avec l’aide d’un vĂ©to. (lequel hĂ©sitait quelque peu Ă  se mouiller !) le nombre de cuillĂ©rĂ©es en sachant que ça se dilue dans les 400 litres, que Saruman ne dĂ©passe pas les 70 grammes tout mouillĂ©, mais qu’ici le patient vit dans le mĂ©dicament.
Donc ni trop : le pharmacien a signalĂ© que le sirop contient de l’alcool et qu’à dĂ©faut de guĂ©rir, Saruman risquait la cuite ainsi que ses potes bien portants... et ni trop peu car ça faisait peine de le voir ainsi agoniser depuis plusieurs jours, il avait bel et bien touchĂ© le fond et je ne vous dis pas l’effet dĂ©sastreux sur les gamins … (oh maman ! y’a un poisson qui est mort !)
Alors ma main tremblait un peu en versant une à une les cuillérées de potion…ni trop, ni trop peu…

Maintenant, qu’on se le dise, Saruman a guĂ©ri au bout de deux jours et a repris son existence trĂ©pidante entre ses deux compagnons !

Et je ne peux m’empêcher de penser que si un jour Aloys Alzheimer vient taquiner mes petits neurones, j’aimerais bien qu’on teste sur moi le métronidazole hors AMM, comme ça, juste pour voir…

Voir en ligne: Aquarium, etc. [1/2].

Tweet
 


Répondre à cet article


Fatal error: Call to undefined function spip_fopen_lock() in /home/medecine/www/opimed/ecrire/inc/distant.php on line 340