Accueil > La tribune > Archives > Aux médecins d’organiser leur exercice

Aux médecins d’organiser leur exercice

lundi 11 septembre 2000, par Jacques Delpuget

La pénurie de praticiens dans certaines spécialités médicales est devenue criante, aussi le Conseil de l’Ordre et la Conférence des Doyens après avoir mesuré le problème ont proposé des solutions au Gouvernement. On est en droit de se demander si ces Institutions ne sont pas elles-même en partie responsables de cette situation, en ayant laissé se développer une évolution carentielle avec des effectifs annuels d’internat insuffisants. De plus il est curieux que ces arbitres ne se manifestent pas quand des sanctions pour excès d’activité sont prises vis à vis de médecins des spécialités désertées...

Parmi les propositions évoquées, la plus marquante semble être le transfert à des techniciens supérieurs de certains actes et compétences jusqu’alors réservés au médecin, et de ne laisser à ce dernier qu’un "rôle intellectuel" d’interprétation des examens, de bilan. Ce qui revient à pratiquer une médecine sur dossier, déshumanisée, coûteuse avec des intermédiaires diluant la responsabilité, où l’on risque de voir disparaître et de regretter la maîtrise et l’imprégnation clinique du diagnostic, une des richesses de la pratique médicale actuelle.

Face à ce problème démographique qui va s’étendre dans la profession, plutôt que de gérer une pénurie au coup par coup, il est effectivement préférable de chercher des réponses globales en fonction de la médecine que notre pays est en droit d’espérer. Mais quand ces solutions sont susceptibles de modifier profondément l’exercice professionnel, il parait normal que ce soit à l’ensemble du corps médical d’en décider et non aux statisticiens ou aux politiques. Le débat mérite d’être lancé.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.