La médecine vasculaire toujours en mal de reconnaissance

mercredi 24 septembre 2008

La médecine vasculaire est une réalité quotidienne. Pourvue d’institutions réprésentatives et d’une filière d’enseignement spécifique, elle demeure, aujourd’hui encore, un exercice particulier de la médecine générale. Les médecins vasculaires plaident toujours pour la pleine reconnaissance de leur spécialité.

PDF - 195.8 ko
Les médecins vasculaires, des médecins sans statut, abandonnés par leur ministre
Au nom de la médecine vasculaire, Prs et Drs Joêl Constans, Jean-Pierre Laroche, Michel Vayssairat, Hubert Yvorra, Christian Boissier et Patrick Carpentier. PDF 195,8 Ko
Cette discipline, bien que très spécifique, n’est malheureusement pas reconnue officiellement comme une spécialité malgré les nombreuses négociations qui ont eu lieu dernièrement et depuis plus de 20 ans.

De plus notre mode d’exercice apporte sécurité et confort aux patients tout en permettant de réaliser d’importantes économies à la sécurité sociale.

On peut, entre autres, évoquer :
- Le traitement des phlébites qui s’effectue, actuellement, la plupart du temps à domicile, alors que l’hospitalisation était de règle il y a quelques années ;
- La mise en oeuvre de l’éducation thérapeutique des patients sous anticoagulant qui permet de diviser par quatre le risque d’accidents hémorragiques consécutifs à la prise de ce type de traitement (première cause d’accidents d’origine iatrogène avec 4 000 décès par an en France).

Jean-François Damour

Voir en ligne: Les médecins vasculaires, des médecins sans statut, abandonnés par leur ministre.

Tweet
 



Forum