Egalité de traitement pour les médecins à diplôme étranger

vendredi 25 février 2000

Dans un communiqué du samedi 19 février, le Comité des médecins à diplôme étranger (CMDE) basé à Rennes, demande l’abrogation de l’arrêté du 27 janvier 2000, fixant leur indemnité de garde à 1 000 francs par garde contre 1 513 francs pour les médecins à diplôme européen.

Les médecins, assistants et attachés, ayant un diplôme étranger (hors CEE) représentent 25 % des effectifs des hôpitaux français, selon le CMDE.

"L’indemnisation des gardes prévue par cet arrêté est disproportionnée et injustifiée au regard du travail effectué par les médecins -assistants, assistants associés, attachés et attachés associés - concernés qui assurent plus de 30 % de gardes dans les services de réanimation, 40 % en néonatalogie, plus de 50 % au SAMU et en SMUR pédiatrique et plus de 50 % aux urgences (...) nous ne pouvons pas admettre que Mme Martine Aubry, qui a quitté la réunion des ministres des Affaires sociales européens au moment du discours de son homologue autrichienne, ait cautionné un tel arrêté de nature extrémiste, xénophobe et contraire au principe d’égalité de traitement", précise le CMDE,

"Nous ne voulons pas de salaire intermédiaire", a indiqué le président du CMDE, le docteur Mohamed Ettahiri, ajoutant qu’il serait reçu 22 février par Dominique Gillot, secrétaire d’Etat la Santé et à l’action sociale.

Voir en ligne: OpiMed.

Tweet
 



Forum