Est-il judicieux, voire possible, de dénoncer les déviations éthiques des médecins ?

jeudi 8 février 2007
JPEG - 1.4 ko
Dominique Dupagne

La médecine est connue pour son goût du secret, qu’il soit ou non justifié par la protection des patients. Une affaire récente et instructive vient de le confirmer [...]

Le Dr Henri Rozenbaum, gynécologue et médiatique président de l’AFEM (Association Française d’Etude de la Ménopause) est connu pour ses nombreuses interventions publiques sur la contraception ou le traitement hormonal de la ménopause, auprès de ses confrères ou du grand public [...] Le Dr Dominique Dupagne est généraliste [...] Il a demandé que les copies des contrats personnels du Dr Rozenbaum et de l’AFEM avec l’industrie, conservés au Conseil de l’Ordre, soient versées au dossier. Ceci lui a été refusé.

La décision du Conseil Régional d’Ile de France de l’Ordre des Médecins a été notifiée aux parties le 25 septembre 2006 [...] Le Dr Dupagne reçoit un blâme pour avoir insinué que le Dr Rozenbaum collaborait avec l’industrie pharmaceutique au mépris de son indépendance professionnelle. L’exceptio veritatis a été rejetée, et le fait de savoir si ce qu’a écrit le Dr Dupagne était vrai ou non est considéré par le Conseil Régional de l’Ordre comme non pertinent.

[...] Le Conseil de l’Ordre des Médecins, garant de l’éthique de la profession, saura-t-il affirmer en deuxième instance l’intangibilité de l’article 5 du code de déontologie, qui brille par sa force et sa concision : " Le médecin ne peut aliéner son indépendance professionnelle sous quelque forme que ce soit ".

Dominique Dupagne

Voir en ligne: la suite sur Atoute.org, publié le 26 septembre 2006.

Tweet
 



Forum