Accueil > ... > Forum 7

> > L’économie du labyrinthe

18 septembre 2005, 22:59, par Godart

je pense qu’il vous faut relire Marx qui n’a jamais pensé que l’on pouvait constituer une société dans laquelle le travail n’existerait pas mais que l’idée de l’égalité humaine devait acquérir la tenacité d’un préjugé populaire. Or ceci n’a lieu que dans une société ou la forme marchandise est devenue la forme générale des produits du travail, où par conséquent le rapport des hommes entre eux comme producteurs et échangistes de marchandises est le rapport social dominant.
Il n’y pas de rapport de classe entre secteur 1 et secteur 2 car que la consultation soit à 27 ou 40 euros ; les praticiens ont un tel chiffre d’affaire moyen global, qu’ils appartiennent toujours à une classe favorisée ; ils sont seulement plus ou moins riches dans cette cathégorie. Il faut néanmoins rester vigilant pour ne pas parvenir à un stade d’auxilliaires qui deviendraient des prolétaires.
Le parcours de soin peut s’allonger à l’infini.

Je penserai plutot que ce sont les secteurs 1 qui ont fait les secteurs 2 lesquels n’ont d’autre choix que des honoraires plus élevés et si vous otez les correspondants (dont la perte est un drame !) et la quasi obligation de disposer d’un matériel plus spécifique ; alors ce secteur, plus lourdement taxé, disparait de lui-meme et le choix n’est plus possible quel que soit le moment car il n’a rien de philosophique ni de déconnecté de l’économie de la santé meme en période de quasi-monopole.

Je n’incrimine absolument pas les confrères qui ont choisi le secteur 2 et je gagne suffisament ma vie pour échapper à tout ressentiment ; l’argent n’étant pas ma principale préoccupation.
Je lis trop souvent sur internet la recherche d’une maitrise comptable de la réforme à travers l’exploitation de différents coefficients par le praticien d’ou l’impression d’une économie de labyrinthe, personne ne sachant s’il s’engage ou non dans une impasse et s’il y a une issue durable possible.
C’est pourquoi j’ai écrit cet article qui démontre que les rapports de force actuels ont été créé par la société depuis toujours ; cela me parait un fil directeur plus solide que la simple analyse de la nomenclature, changeante, et peut-etre inutile ?

Bien sincèrement

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.